Réduire la consommation d'énergies fossiles

Un enjeu économique

La dépense en gasoil qui tend à croître avec la hausse de l’énergie représente environ 10 % des charges de mécanisation. Ce poste, loin d’être négligeable, correspond également à une charge régulière, plus palpable et facile à mesurer que les coûts globaux de mécanisation, un poste auquel sont très sensibles de nombreux agriculteurs. Cette consommation est bien entendu conditionnée par le type d’équipement, le mode d’utilisation et l’entretien, le type de culture et de production (supérieur en betterave et en élevage par exemple). Le niveau global est également fortement influencé par le type de sol et l’intensité du travail du sol.

 

Un enjeu environnemental

Le développement des nouvelles pratiques culturales comme les TCS ou le semis direct, permettent de réduire considérablement le nombre de passage d’engins agricoles. Il est donc logique qu’un seul passage de tracteur comparé à 4 ou 5 passages réduise considérablement la consommation de fuel, il s’accompagne de production de gaz à effet de serre beaucoup plus importante en conventionnelle qu’en TCS ou SD.

La diminution du besoin de puissance traction, cumulée à la baisse du nombre d’heures, génère une diminution de prés de 50 % de la consommation de fuel. Cette baisse de consommation de carburant s’accompagne d’une diminution de production de gaz à effet de serre de l’ordre de 161 kg de CO2/ha en moins et donc une non remise en suspension du carbone.

La réduction de la consommation de fuel implique donc une diminution du nombre de passage sur les champs avec des engins lourds, on peut donc également parler d’un enjeu agronomique fort, amélioration de la biodiversité et préservation de l’habitat, moins de passage donc moins de perturbation pour l’écosystème. Amélioration de la structure de sol puisque le sol est moins compacté.

>>> Promouvoir les espaces de biodiversité

 

De la diminution de la consommation vers l’autonomie énergétique.

Aujourd’hui le carburant et l’énergie représentent une part importante des couts des intrants des agriculteurs. De plus les agriculteurs sont dispersés dans les campagnes. De ce fait, les couts de mise a disposition du carburant et de l’énergie sont également très élevés.

Les agriculteurs ont besoin de minimiser leurs risques et de garder des couts opérationnels  bas. Ils veulent de l’indépendance et de la stabilité pour mieux gérer leurs exploitations agricoles.

Les agriculteurs disposent généralement de grands espaces. Et aussi de quantités considérables de ressources utilisables pour produire de l’énergie.

La ferme énergétiquement indépendante est une approche nouvelle qui permettra aux agriculteurs de produire leur propre énergie pour leur ferme et leurs matériels agricoles. Tout cela sera réalisé en utilisant l’hydrogène, généré à 100% à partir de »s ressources renouvelables dont les agriculteurs disposent en quantité importante.

 

>>>Le projet New Holland

 

Les indicateurs en lien avec cette BMPs sont les suivants :

  • Couts de production
  • EBE/ha
  • Bilan Energie
  • Bilan GES